mercredi 20 juillet 2016

La Trans-Alsacienne de l'Exa-team !


Cette année, Alex et les membres de l'Exa-team ont traversé l'Alsace à monocycle. Voici un petit diaporama de leur aventure, qui pour certains, a permis une bonne préparation pour l'Unicon, qui se déroulera en Espagne la semaine prochaine !



vendredi 15 juillet 2016

Didier, Une roue et un hamac !


Merci à Didier, qui nous raconte son périple à monocycle. Une bonne expérience pour tous ceux qui voudraient se lancer dans ce genre de balades !

Route des sapins et rivière d’Ain ou l’Ain dans l’autre.
Après 6 ans à ne faire que des déplacements urbains avec mon vieux Qu-Ax de 24 pouces et quelques trails mono, me voilà sur la route avec le superbe KH29, et un pneu Schwalbe super moto taillé pour l’asphalte. Dur dur de passer du 24 à la 29 même si la hauteur de selle est la même. Après 2642 écrasements testiculaires, le cuissard et 648 retours de pédales dans les tibias, j’ai opté pour un bâton de marche… d’aide à la montée, lequel ne me quitte plus, et qui au final s’avère bien utile pour se (les) placer sur la selle, surtout que le sac à dos fait de 3 à 10 Kg et les côtes de 0 à 10 %. Il se coince facilement derrière le sac. C’est ma technique, n’en déplaise aux puristes de l’équilibre.
Mon but étant de me déplacer sur de courtes, moyennes, ou longues distances. Voilà comment, après lecture sur Facebook, postée par Romain du CDK, la dite lecture mentionnait une petite bonne femme ayant traversé la PATAGONIE en mono cycle, seule la plupart du temps ; magazine carnet d’aventure. En ce qui me concerne, un bivouac d’une nuit pour débuter sera déjà bien.
Reconnu en VTT pneu route puis en voiture, afin d’apprécier les dénivelés, le temps…Au final, 91 km sur 1.5 jours avec une nuitée en hamac. 



Voici mon périple :

Debout à 6 heures, tout est prêt depuis la veille, sac à dos de presque 10 Kg dont 3 litres d’eau sucrée, salée et citronnée dans la poche à eau. Environ 50 biscuits en flocon d’avoine fait maison, et le matos du bivouac. Après mes étirement quotidiens de KIDO (réveil musculaire), petit déjeuner multi céréales au lait de soja, me voilà parti sur la route toute la sainte journée.
45 minutes de bitume plus tard, je passe devant un petit bar où je vais parfois voir des concerts de groupe locaux sur Izernore (et y boire de bonne binouzes belges par ailleurs). Y voyant un collègue de la ville (agent municipale) je m’arrête pour boire un café noir ; lui est plutôt blanc qui arrête les tremblements. Je ne m’y risque pas. 10 minutes plus tard, hop, à l’assaut de Sonthonnax la Montagne, joli village portant le nom de notre illustre ancêtre (salut à toi, léger félicité). Arrêt place du pèse-lait pour quelques biscuits revigorants. Direction Napt et son marais. Grosse descente sur Bolozon que je n’aurais pu monter en sens inverse, bien rentrer le ventre, abdos durcis et muscle du haut des cuisses contracté, je me lance sans m’emballer…

Repas frugale sur la belle place du village, avec mes cookies maison. Blabla avec 2 marcheuses… Le voisin de l’église vient taper la discute un bon moment. On se raconte nos expériences sportives… Ancien moniteur fédéral de Kayak, fort sympathique, une belle rencontre. Tout en bas de Bolozon, le viaduc de Cize en réfection. Je passe par les bords de la rivière d’Ain, tout au bord, même. Un peu monotone car plat et en horizon lointain, impression de ne pas avancer. Toutefois, je me félicite d’avoir, par le truchement de Romain, grand spécialiste du monocycle au CDK, choisit ce type d’engin, polyvalent, idéal pour le Haut-Bugey. Manque de prépa pour les jambes, mais bon, j’ai le goût de l’effort. Avanti la machina ! Après d’être arrivé sous le pont de Sérrière, mon but primordial, bien monorouler, content. Donc je vais poursuivre, voir si je peux tenir 9 à 10h sur la selle. 
En arrivant en face de l’île Chambod , je découvre une fort belle crêperie avec vue imprenable sur la rivière Kwaï, euh, d’Ain. Dommage, il y a peu, j’ai mangé mes gâteaux secs… Un grand café dégusté en terrasse en envoyant quelques MMS à ma famille et mon pote Lib de l’Arriège, afin qu’il voyage aussi à travers ces photos. Discussion avec une famille sur 3 générations, sortant de la crêperie, puis, des pêcheurs de sardine, des jeunes baigneurs, et je trace jusqu’à Poncin, où je flâne sur la place. Je vois un tandem avec remorque, cela me rappelle le temps où je me déplaçais avec ma fillette, agée alors de 2 à 5 ans, sous les regards amusés des passants, mais plus souvent chargés de reproches car eux vont chercher leur courrier à 5 mètres en 4x4, et oui… nous ne sommes pas en Hollande, ni en grande ville. La culture vélo n’est pas un sport national au royaume du présidiot HOLLANDOUILLE . Achat du fluide glacial spécial été pour le soir, renseignements sur des petites routes goudronnées qui longent la rivière… sympa la buraliste, me donne une carte où tout est indiqué. Achat de taboulé pour le soir, jambon blanc au Super U d’à côté. Accueil agréable, curieux et amusé des gérants. Traversée du pont et je passe de l’autre côté de la rivière.

Le goudron est carrossable dans ce coin désert, l’air est frais, humide, je flâne… Soudain, quelques chiens me jappent dessus mais vite calmés par 2 papys qui récoltent leurs patates et me regardent un peu surpris… Je me demande bien pourquoi ! En tout cas, les bêtes à poils ont dû être bien surprises par ce grand escogriffe en orange et bleu sur sa roue. Heureusement, qu’ils n’ont pas bougé car l’un d’eux ressemblait à un loup garou, voir un Lycaon. Comme ce n’était pas la pleine lune et en plein jour, je ne craignais pas grand-chose… et puis, j’ai ma dague en argent sanglée dans le dos… Non non, je ne prends pas de drogue ou bien est-ce les graines de pavot du biscuit ? Je ne le sais ni… plutôt la fatigue car il est 18 h et je commence à être H.S. 
30 minutes de pause au bord de l’eau, sur des rochers, en écoutant le clapotis et en prenant quelques clichés. Il est plus que temps de chercher un endroit pour dormir. 1er coin, branche trop haute, 2ème, route trop proche, 3ème, sous bois touffu remplit d’épineux, le 4ème, après 1 heure de recherche est le bon. Au dessus du pont de Serrière, j’installe mon hamac à côté d’une clairière, jolis hêtres et diverses autres essences. Une fois installé, tout habillé, dans mon sac à viande en coton, et lu quelques pages à la frontale, je m’endors épuisé. Il est 21h30, quelques bruissements de feuilles dans les arbres, des petits grognements d’animaux sauvages, divers et variés, je me dis : « Pourvu qu’un orignal ne se prenne pas les bois dans les cordes du hamac ! » 
A 4h 30 du matin, j’ai trop froid, j’aurai du prendre mon duvet. J’avais fait le choix d’être quasiment autonome en eau (3 litres) et biscuits secs, pas bon… Quelques mouvements, pompes et sautillements plus tard, je m’équipe, petzl, lampe clignotante à l’arrière du casque et du tube de selle. 10 minutes de côte à pied, 5 minutes en courant et me voilà réchauffé. La température a dû passer de 25 à 5 ou 10 degrés cette nuit. Ca me servira de leçon. Pour un ancien chef scout, je ne me félicite pas !
Photo de nuit, sous le pont de Serrière, j’avance en mode robot, voire zombie. Un coup de fil à mon copain Lib, en milieu de matinée, je me réveille le petit pois qui me serre de cerveau… Physiquement, je suis sur la réserve. J’ai grimpé une côte raisonnable en 6 fois, alors que d’ordinaire, je la fais sans les mains, à l’aise. Je descends au camping des gorges de l’Oignin, où j’ai mes habitudes estivales avec ma fille et des amis de passage. Je prends un double café et 45 minutes plus tard, je suis à la casba. Trajet prévu sur 2 jours et effectué en 1 jour et demi. Tout transpirant encore, je me débarrasse de mon sac à dos, coupe le tél, sèche ma transpiration, jette une grande serviette de bain sur mon lit, et me réveille 3 heures plus tard… heureux ! Bain chaud moussant bien mérité (exceptionnel, car douche mensuel habituellement) Une grande pizza à la pâte à pain, direct 2 bières d’Abbaye dans ma choppe en grès d’un demi litre, une pomme, un grand café dont je mous moi-même avec le moulin électrique de ma grand-mère, le bodum qui va bien pour laisser infuser le café et pis voilà…
Si dans l’ensemble je ressors de ce petit voyage test, je regarde déjà sur le net, les tentes ultra light 3 saisons, les doudounes et sac pied d’éléphant, ainsi que les petits matelas gonflants, ou lit de camp ultra léger, pour un meilleur repos donc mieux profiter, aller plus loin à l’aventure, sur ma roue, comme Antoine de Maxymi et sa fabuleuse émission à la rencontre des gens « J’irais dormir chez vous »
Dans mon cas, ce serait : « J’irais monorouler vers chez vous ! »

 

samedi 2 juillet 2016

Le Biclown tandem de Qu-ax

 http://www.cdk.fr/biclown-tandem-24544.html

Qu-ax sort son biclown. Ce fameux vélo de cirque tout désarticulé, qui permet de faire plein de tricks.

Il a été pensé pour les associations ou les écoles de cirque : il s'agit de deux monocycles que l'on peut détacher très facilement, et utiliser comme tel.


Comme il y a deux selles et des pédales sur la roue avant, il peut également être utilisé en tandem.
Bref ce biclown est une sorte de caisse à outils qui permet de découvrir de nouvelles expériences ludiques :)

http://www.cdk.fr/biclown-tandem-24544.html

 Le prix est de 439 euros au CDK, il est déjà disponible et à l'essai au magasin !

vendredi 1 juillet 2016

Des nouvelles de Joachim !


On savait le Suisse Joachim Ciocca extrêmement doué en monocycle. Il a pas mal bossé les acrobaties et la corde lisse, en témoigne cette vidéo...

samedi 25 juin 2016

La Cie Roue Libre aux Subsistances de Lyon

Il y a quelques temps, j'avais proposé sur le blog, différents portraits d'artistes monocyclistes Français. Trois d'entre eux sont de l'aventure Roue Libre, qui jouait son spectacle, produit par les Nouveaux Nez, hier soir et cet après-midi aux Subsistances de Lyon.


J'étais sur place pour voir Thomas, Benoît et Jonathan sur scène, que je remercie d'ailleurs immédiatement pour leur invitation.
Le monocycle tient une place importante dans le spectacle, même s'ils sont entourés d'acrobates, funambules et autres musiciens à 2 roues...



La piste ressemble à la place d'un village. Les cyclistes s'y croisent, interagissent. Ils sont plus d'une dizaine, et il s'y passe toujours quelque chose d'incroyable.
Les mouvements de groupe alternent avec les numéros solos des artistes, qui s'intègrent bien, et qui sont accompagnés par une musique live très agréable. L'ensemble est rythmé, on ne s'ennuie jamais. 


On retrouve bien sûr Benoît Charpe sur son trampoline, c'était la première fois que j'avais l'occasion de le voir avec mes yeux en vrai :), et j'avoue avoir beaucoup aimé la performance physique d'abord, mais aussi la douce folie de son personnage, qui rebondit frénétiquement sur sa toile.


Thomas Vey réussit de beaux enchainements, à mi-chemin entre le flat et le freestyle, avec le niveau et la propreté qu'on lui connait. Il semble à l'aise dans ce collectif, et peut se faire plaisir en proposant une démonstration technique de plusieurs minutes.


Jonathan Gagneux est également très actif. Acrobate, on le retrouve souvent à voltiger sur une table, ou sur un porteur à vélo... Il joue également son striptease, qui a toujours le même effet sur le public. Il faut dire que le numéro est sacrément efficace. Sans descendre de son mono, il parvient, en réalisant des tricks en même temps, à se déshabiller (presque) entièrement. (Vous trouverez plus de photos sur mon Flickr, et bientôt sur facebook).  


J'ai vraiment beaucoup apprécié tous les différents tableaux, et ce qui m'a marqué, c'est qu'ils réussissent avec leurs vélos, à proposer un ensemble très aérien. Que ce soit par les portés acrobatiques, les sauts impressionnants de Benoit sur son trampoline, puis sur son immense girafe, ou encore par le funambule sur son câble...



J'ai vraiment passé un moment très agréable grâce à eux. Nul doute qu'ils réussiront à vendre le spectacle, qui peut aisément toucher un large public. En effet tout le monde a fait du vélo dans sa vie, et peut envisager la difficulté des prouesses réalisées. Ils m'ont fait rire, un peu peur également parfois, il y a beaucoup de poésie et de douceur aussi... Je vous conseille à tous d'aller les voir si l'opportunité s'offre à vous !
Des places pour cet après-midi sont toujours disponibles si vous êtes dans la région de Lyon aujourd'hui !

vendredi 24 juin 2016

Vidéo : Philipp et Kaito


Philipp a profité de son voyage au Japon, pour sortir cette vidéo avec Kaito, champion Japonais de freestyle.


Vidéo : A regarder avant de débuter avec son monocycle


Une petite vidéo à regarder avant de faire du monocycle. C'est en anglais, tout n'est pas à prendre au pied de la lettre, mais c'est rigolo :)



jeudi 23 juin 2016

Le nouveau Profi 24 CDK !

Je vous présente ici, le nouveau de basket / athlé  que j'ai pu monté grâce à Qu-ax.
En effet, j'ai fait faire des cadres en alu sans les fixations de frein, et c'est beaucoup plus joli, en blanc ou en noir.

http://www.cdk.fr/profi-24-alu-24500.html

Je profite du gain de poids du nouveau profi de Qu-ax grâce au pédalier qaxle et l'améliore encore en l'allégeant encore, ce qui amène le mono à 4,5kg.
La selle CDK, noire, avec une touche de blanc et de rouge s'accorde parfaitement avec le moyeu...

http://www.cdk.fr/profi-24-alu-24500.html

Le monocycle est proposé à 400 euros, et pour l'avoir testé et fait essayé aux entrainements du woom, c'est une tuerie, il est super maniable et convient parfaitement à la pratique du basket, mais peut tout à fait convenir pour de l'athlé !

vendredi 17 juin 2016

Tournoi de Monobasket à Bordeaux !


Cette année encore, Les Mog des Bordeaux organisent leur tournoi de basket. ça se passera le week-end prochain à Bordeaux, au stade Brun.
Bonne ambiance en perspective, venez nombreux !

Vidéo : Y a du Jeu dans ta Roue 2016


La 11 ème édition De Y a du Jeu dans ta Roue, Organisée par l'association Roue Libre de Forcalquier  s'est très bien déroulée. Des Cow Boys, des Indiens, des jeux, des concerts, des spectacles, du tout-terrain sur la Montagne de Lure, et des copains qu'on a plaisir à retrouver ! A l'année prochaine...